From the album Feu d'grand vent

Lyrics

Chasser l’ennui - Sophie Bijjani

Où cours tu chasser l’ennui et qu’emportes-tu sur ton dos,
Quand tu passes alourdie comme si t’avais manqué l’bateau?

Tu rêves au reste du monde, à ceux qui respirent d’aise
Ta bonne humeur vagabonde loin dans les prés
Pis toi tu pèses derrière.

Tu cherches un odeur poivrée, pis des plats inconnus,
Un barbecue d’été, une plage, pis deux corps nus.
Et ainsi passe une vie un peu trop haut au nord,
Quand les hivers sont gris, on rêve encore.
Y neige encore…

Trois fois pass era,
La dernière, la dernière y restera.

Trois fois passerai,
La dernière, la dernière j’y resterai.


Peut-on passer des jours entiers à regarder
tout ce qui nous entoure pis dire qu’c’pas ça qu’on a d’mandé?
Que l’Univers est grand, mais peut-être pas assez
Pour un apport constant d’inspiration pis de baisers.

Canevas bleu des promesses qu’on a lancées au vent,
Y’a pas beaucoup de prouesses qui tuent les déception d’enfant.
Le rêve américain vaut pu grand chose maintenant que j’brise le quatrième mur à ma guise,
T’es beau, t’es belle, pis tu m’entends.

Trois fois passera,
La dernière, la dernière y restera.

Trois fois passerai,
La dernière, la dernière j’y resterai.

Et drôle, quelle drôle d’idée pour quelqu’un d’ériger
une plage pour un passé auquel on f’rait mieux d’pus penser.
On pourrait jouer maintenant, maintenant, oui, là, maintenant.
Au lieu d’se dire tout c’qui va pas, on pourrait jouer, ça passera.

Alors motus et bouche cousue sur ces rêves désuets,
Pourris d’pas avoir eu à respirer un peu d’air frais.
Douce époque révolue, folie que d’avoir cru
ces grands humains à qui on a fait croire que

“dans’ vie faut travailler fort
Fait qu’apprends à faire des efforts
Pis viens finir tous tes devoirs
Non c’est pas l’temps de jouer dehors
Arrête de t’conter des histoires
C’pas en grattant ta p’tite guitare que tu vas réussir ta vie demain. “